Communiqué : 25/10/2001

Le PARLEMENT EUROPEEN REFUSE de DEMANDER
la RECONNAISSANCE du GENOCIDE ARMENIEN par la TURQUIE

Le Comité Européen de la Cause Arménienne (CDCA Europe) annonce, qu'après une discussion le mercredi 24 octobre, le Parlement Européen réuni en session plénière a adopté ce jeudi 25 octobre 2001 le rapport amendé de M. Lamassoure sur la Turquie. Les députés européens, par 271 voix contre 149, ont voté contre l'amendement 12 rejetant ainsi la mention de la reconnaissance par la Turquie du génocide des Arméniens dans le rapport définitif. Cet amendement proposé par 45 députés appartenant aux groupes politiques PSE, PPE et GUE stipulait que le PE "considère que l'approfondissement du dialogue sur la question de la reconnaissance du génocide dont a été victime la communauté arménienne au début du XXème siècle constitue une étape importante de cette normalisation" faisant référence aux relations entre les communautés et les états turcs et arméniens. Trois autres amendements allant dans le même sens, dont un proposé par la Gauche Unie Européenne et deux par le groupe Union pour l'Europe des Nations, n'ont pas récolté le nombre de votes nécessaires pour leur adoption.

Le débat du mercredi 24 octobre avait été marqué par des prises de position en faveur des amendements relatives au génocide, du député italien Volcic (PSE), qui a fustigé le mensonge de la Turquie sur ce sujet, et l'a appelé à avouer son crime, du suédois Sacredeus (PPE) qui a rappelé l'impossibilité pour le PE d'oublier les 1 500 000 victimes, ainsi que par les interventions de Charles Pasqua, Président de l'UEN, qui a considéré que la Turquie est responsable du génocide des Arméniens, de Mme Framme (GUE), qui a rappelé 1,5 millions de morts arméniens ainsi que les Grecs qui périrent dans la même période. Pour sa part, le Président de la délégation pour les relations UE - Turquie du PE, le vert français D. Cohn Bendit, après avoir constaté les lents efforts déployés par ce pays sur la voie de son adhésion, a déclaré que parler du génocide des Arméniens n'aidera pas la Turquie à avancer dans sa démocratisation.

Mercredi matin, un rassemblement pacifique organisé par le CDCA France avait réuni plusieurs centaines de manifestants devant le bâtiment du Parlement européen.
Une délégation avait été reçue par Mr.Woodard, du cabinet de la présidente, qui a affirmé la permanence de la sympathie de Mme Fontaine pour la reconnaissance du génocide. A son tour, la délégation, formée de représentants de différentes régions de France et d'Europe, a prié le conseiller de transmettre son message à la Présidente, soulignant le devoir qui incombe à l'Europe de rappeler à la Turquie candidate à l'adhésion, le modèle européen de réconciliation qui, à l'origine de la construction européenne, n'a été possible qu'en raison de la condamnation par l'Allemagne de ses crimes du passé.

"Le CDCA Europe, avec l'ensemble des Arméniens d'Europe, de la Diaspora et d'Arménie, regrette cette décision du PE qui permet au négationnisme du génocide des Arméniens de s'installer dans les relations entre l'Union européenne et la Turquie" a déclaré Hilda Tchoboian, présidente du Comité Européen de la Cause Arménienne. "C'est une défaite pour l'Europe des Droits de l'Homme face au nationalisme exacerbé de la classe dirigeante turque, qui a réussi à faire peser sur les parlementaires européens les mêmes menaces sur la libre parole qu'elle exerce en Turquie" a-t-elle continué.
"Tel qu'il est voté, ce rapport remplace le rappel de la reconnaissance du génocide par un soutien apporté à l'initiative du comité de réconciliation turco arménien ; nous regrettons que les Arméniens membres de ce comité controversé continuent de se faire l'instrument du négationnisme de la Turquie en Europe et affaiblissent ainsi les efforts communs des Arméniens d'Europe" .

"Cependant, nous tenons à féliciter tous les députés européens qui ont œuvré en faveur de la proposition et du vote des amendements. Il est vrai que le climat du Parlement Européen s'était alourdi ces derniers jours, tant en raison des mesures de sécurité exceptionnelles, que des pressions de la part de gouvernements européens sur leurs députés, ce qui a rendu leur tâche plus difficile." a ajouté Hilda Tchoboian. "Les mois à venir verront le développement de notre action auprès des institutions européennes. Nous aurons le temps de présenter les preuves tangibles pour convaincre une majorité de parlementaires que les autorités turques ont trompé les parlementaires sur la question arménienne et qu'il convient de réviser cette position aux prochaines occasions" a conclu la Présidente du CDCA Europe.

Strasbourg, le 25 octobre 2001
C.D.C.A. EUROPE


EUROPEAN PARLIAMENT REJECTS AMENDMENTS CALLING FOR TURKISH
RECOGNITION OF ARMENIAN GENOCIDE

Strasbourg, France (25/10)-- During its plenary session earlier today, the European Parliament (EP) voted down four measures to include European calls for Turkish recognition of the Armenian Genocide in the annual report on the status of Turkey's accession into the European Union, reported the Armenian National Committee of Europe (CDCA Europe). By a vote of 271 to 149, European deputies rejected Amendment 12, a measure introduced by 45 deputies from the PSE, EPP and GUE political parties, stipulating that the EP "considers that the deepening of the dialogue on the question of the recognition of the genocide of which the Armenian community was a victim at the beginning of 20th century constitutes a significant stage of this normalization," referring to the relations between the Turkish and Armenian states and communities. Three other amendments dealing with similar topics, including one proposed by the GUE and two by the UEN, were also rejected.

The October 24th debate on the Armenian Genocide amendments included strong speeches by supporters, including Italian deputy Volcic (PSE), who was clearly frustrated by Turkey's ongoing denial of Genocide and urged the Turkish government to acknowledge this crime against humanity. Swede Sacredeus (EPP) stressed that it was impossible for the EP to forget the 1,500,000 victims of the Genocide. Other outspoken supporters of the amendment included Charles Pasqua, President of UEN, who noted that he considers Turkey responsible of the Armenian Genocide, as well as Mrs. Framme (GUE), who recalled the deaths of both the Armenian and Pontian Greek population during the same period.

That same morning, the ANC of France organized a peaceful gathering of several hundred demonstrators in front of the European Parliament building. A delegation was received by Mr. Woodard, from the office of European Parliament President Mrs. Fontaine, who affirmed the President's ongoing sympathy for Armenian Genocide recognition efforts. The delegation, which included Armenian community representatives from throughout France and Europe, stressed that, as a candidate to join the EU, Turkey should be reminded of the European model for reconciliation, which has as its cornerstone Germany's acknowledgment of its past crimes.

"The ANC of Europe, along with all Armenians in Europe, the Diaspora and Armenia, regrets the European Parliament decision which has allowed the denial of the Armenian Genocide to play a role in the evolving EU/Turkey relationship," declared Hilda Tchoboian, President of the Armenian National Committee of Europe. "It is a defeat for human rights in Europe in the face of the exacerbated nationalism of Turkey's ruling elite, which successfully imported its repression of free speech into the halls of the European Parliament," she continued. "The final version of the report replaced calls for Turkish recognition of the Armenian Genocide with language supporting the initiatives of the Turkish Armenian Reconciliation Commission," explained Tchoboian.
"It is regrettable that the Armenian members of this commission continue to be the instrument of Turkish denial in Europe and thus weaken the collective efforts of the Armenians of Europe." Tchoboian is referring to an October 10th amendment to the report which cites the European Parliament's "support of a civil initiative launched by a group of former diplomats and academics from Turkey and Armenia, the aim of which is to arrive at a common understanding of the past; hopes that this initiative will contribute towards the normalization of relations between the two communities concerned."

"We would like to thank all the European Parliament deputies who spoke out and voted in support of the Armenian Genocide amendments. The task was even more difficult given the tense atmosphere following the September 11th tragedy, the extraordinary safety measures, as well as the added political pressure placed upon parliament members by their own governments," added Hilda Tchoboian. "In the upcoming months, we will continue our efforts to educate members of Parliament on the Armenian Genocide, clear up misconceptions propagated by Turkish authorities and urge deputies to include Armenian Genocide recognition at the earliest possible opportunity," concluded the President of the CDCA Europe.

25/10/2001
ANC Europe

Retour au sommaire

DELEGATION EUROPEENNE DU CDCA

Tél : (33) (0)4.78.49.42.97 – Fax (33) (0)4.78.49.90.42
e-mail : cdca_europe@yahoo.fr

Allemagne – Autriche – Belgique – Espagne - France – Grande Bretagne – Grèce – Italie - Pays Bas– Portugal- Suède

contact@cdca.asso.fr